Chanaleilles : le domaine du Sauvage tourné vers l'avenir sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Chanaleilles : le domaine du Sauvage tourné vers l'avenir

Date : 05/01/2011
Partager

Le Conseil Général de la Haute-Loire a dévoilé son projet d'Auberge-Point de vente de produits régionaux, et des gîtes de groupe sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle au Domaine Départemental du Sauvage à Chanaleilles dans le cadre du Pôle d'Excellence Rurale.

L’Historique

En 2006, un projet de parc du quaternaire sur le Domaine du Sauvage est ajourné puis abandonné. Toutefois, le Conseil général de la Haute-Loire, propriétaire du Domaine depuis 1976, décide d’aménager  et de valoriser le domaine sous la forme d’un vaste espace de loisirs et de détente, capable d’établir un équilibre en terme de préservation du patrimoine, de respect de l’environnement et de production de plus value économique et humaine locale.

En 2007, un nouveau projet d’aménagement est mis à l’étude comprenant, outre un volet consacré à la valorisation agricole et la gestion forestière, un pôle hébergement/restauration/point de vente fermier, et des activités de pleine nature.

En 2008 est lancée une étude de faisabilité économique, suivie en 2009 d’une étude sur le développement de la randonnée. Les conclusions positives de ces deux études concourent au lancement en 2009 d’une Délégation de Service Publique (DSP) pour la gestion du pôle Hébergement/restauration/point de vente, qui sera mise en service en juillet 2011 après travaux sous maîtrise d’ouvrage départementale, concédée en affermage à l’association «  Terroir Sauvage en Gévaudan », regroupement d’agriculteurs et fermiers du canton de Saugues.

Le Département affirme donc son engagement nécessaire d’aménageur du territoire, et confirme l’exercice d’une solidarité départementale aux confins de la Haute-Loire, dans une région, la Margeride, qui souffre particulièrement de son enclavement et qui peine à conserver sa population.



Le Projet

Situé sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, reconnu « Itinéraire Européen », le domaine forme une combe paysagère très appréciée des randonneurs et pèlerins qui totalisent en 2009, sur 10 mois d’exploitation, 5500 nuitées. Le Conseil général ayant décidé de mettre l’accent sur le développement de tous les sports et activités de pleine nature, dont la randonnée, prévoit d’améliorer et compléter les conditions d’accueil touristique au domaine.

Le projet présenté consiste à créer un des grands pôles d’accueil touristique, respectueux des paysages et de la nature, dont la Haute-Loire a besoin pour développer sa politique de mise en valeur sur ses territoires ruraux. Le domaine du Sauvage en Margeride est l’un d’eux, eu égard à sa fréquentation en tant qu’étape Jacquaire.  Par ailleurs, c’est dans le cadre de la marque départementale Respirando et de tous les aspects qu’elle recouvre, que s’inscrit le projet de valorisation des produits de montagne de Haute-Loire autour des randonnées.



Un projet qui s’inscrit dans une dynamique territoriale

Le territoire concerné par le projet correspond principalement au périmètre de la Communauté de communes du Pays de Saugues. Les communes concernées sont Chanaleilles, Thoras, Saugues, Grèzes, Monistrol d’Allier, Venteuges, La Besseyre-Sainte-Marie, Saint-Vénérand, et Aubazat. Ce territoire est limitrophe avec le département de la Lozère et proche de celui du Cantal.


La population de la Communauté de communes est passée de 7 443 habitants en 1962 à 4088 en 2007 soit une baisse de 45% en 45 ans.
L’agriculture représente 40% des emplois, avec une place importante pour l’élevage laitier.
Seul le développement des circuits courts, de l’agro-tourisme et du tourisme en général, en particulier avec la forte activité de pèlerinage du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, semble pouvoir apporter la valeur ajoutée nécessaire au maintien et au développement de l’agriculture locale, afin de pérenniser le tissu social et économique de ce territoire fragile mais riche de ses paysages et de son environnement exceptionnel.


Ainsi, le développement des circuits courts constitue une vraie réponse de valorisation des productions locales sur ce territoire dans un contexte national et européen, où l’agriculture de montagne doit se développer suivant des modèles plus innovants, se démarquant des productions standardisées.


En ce sens, la création d’une auberge et d’un point de vente des produits de Haute-Loire sur le site du Domaine du Sauvage permettra :
de répondre à l’objectif de la création d’une activité marchande qui induira des emplois directs et qui sera source d’une plus-value indéniable en matière de chiffre d’affaire et de revenu par la transformation ainsi que la vente des produits agricoles.
A l’agriculture de ce secteur de diversifier ses sources de produits, qu’elles passent par de la vente directe aux consommateurs ou par l’exploitation d’autres activités agro-touristiques.



Ce projet doit favoriser :


le maintien des exploitations de ce territoire et donc les emplois existants
la création d’emplois nouveaux liés au développement de la transformation et de la vente directe des produits agricoles
la création d’emplois liés aux activités nouvelles d’agrotourisme à la ferme qui seront mises en place parallèlement à l’activité de gestion de l’auberge, du point de vente et des gîtes. Ces nouveaux emplois permettront, entre autres, aux conjoints d’exploitants d’obtenir un emploi, de former un support de communication d’une agriculture locale de qualité et respectueuse de son environnement.

Il s’agit donc d’un projet de développement endogène basé sur l’exploitation des ressources propres de ce territoire rural.


Pour autant, il ne constitue pas en soi une démarche isolée, dans la mesure où l’encouragement à l’émergence de circuits courts et à la démarcation des productions altiligériennes fait partie des grands axes politiques du Conseil général de Haute-Loire. Cette politique se concrétise au travers d’actions traditionnelles par le biais d’aides financières aux filières, mais également par la volonté de rendre accessibles les marchés publics concernant la restauration collective dans les écoles et collèges publics aux productions agricoles locales, dans une démarche de développement durable.
Par ailleurs, le développement des circuits courts fait partie des domaines d’interventions projetés dans les programmes leader des 3 Pays de la Haute-Loire que sont les pays de Lafayette, du Velay et de la Jeune Loire et ses rivières.



Les partenaires du Projet PER


Maître d’Ouvrage : Conseil général de Haute-Loire
Partenaires : L’association « Terroir Sauvage en Gévaudan », l’Europe (FEADER), Le Conseil régional, la Fondation du Patrimoine, le Centre d’Economie Rurale, la Chambre d’Agriculture, la Mission Départementale de Développement Touristique, le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre, le Conseil d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement, l’ONF.



Les différentes opérations prévues

Aménagement paysager de l’aire de stationnement et ses abords,

Restauration d’éléments remarquables du patrimoine rural restés « in situ » : le moulin-four à pain, le séchoir à viande, le buron…

Création d’activités marchandes : hébergement et restauration dans un ensemble mettant en valeur l’architecture du bâti restauré en alliant contemporain et protection des ressources ; auberge point de vente à aménager dans la ferme ; gîte d’étape à mettre aux normes « 3 épis » des Gîtes de France

Activités liées à l’accueil : accompagnement de randonnées et circuits de découverte, dégustation et cuisine de produits du terroir.

Développement des activités de pleine nature : les sentiers peuvent être aménagés pour offrir des circuits thématiques de quelques heures à un ou deux jours de marche et de divertissement, guidés ou accompagnés par divers supports, de la rando-fiche au pocket PC avec GPS et logiciel interactif.


La qualité de cette réalisation tient à son élaboration concertée avec le milieu rural local, mais aussi au respect de la vocation particulière de ce site, exploité depuis plus de 700 ans, comme producteur et fournisseur de l’Hôtel-Dieu du Puy sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Ce projet a donc pris rendez-vous avec l’histoire d’un des plus grands itinéraires européens.



/ Crédit photo : G. Cavailles

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteOS le 12 avril 2011 - 16h42
OS 12/04/2011 NON ne touchez pas au Domaine du Sauvage. j'ai fait étape dans cet endroit magique en avril 2010 sur le GR65. C'est beau c'est authentique. Il faut le préserver tel quel.

Signaler un abus

img_journalisteHM le 12 janvier 2011 - 21h53
C'est très bien de valoriser le patrimoine. Mais il me semble plus indispensable de régler le problème du manque de médecins dans le pays de Saugues. A priori c'est moins médiatique et ça ne rapporte pas tant aux élus...

Signaler un abus