Calamité agricole 2018 : le dossier de la Haute-Loire a été rejeté sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Calamité agricole 2018 : le dossier de la Haute-Loire a été rejeté

Date : 18/04/2019 | Mise à jour : 18/04/2019 18:03
Partager

Au mois d'octobre 2018, la Direction départementale des Territoires avait ouvert une enquête dite "sécheresse" dans le cadre d'un Plan calamité lancé par le ministère de l'Agriculture avec une enveloppe de 15 millions d'euros.

Contacté à la fin du mois d'octobre 2018, une semaine après le passage de la commission départementale d'enquête "sécheresse", David Chamard, secrétaire régional de la Confédération Paysanne et éleveur de vaches laitières à Eycenac, avait pourtant espoir de voir ce dossier validé. Après avoir connu les prémices d'une sécheresse à l'automne 2017, les agriculteurs altiligériens avaient dû faire face à un printemps 2018 trop humide, ponctué d'incidents climatiques "dont la neige dans certains endroits du département."

Hausse des prix et pénurie de fourrages

Puis à la mi-juin, toujours de l'année 2018, le beau temps était revenu et les épisodes pluvieux n'avaient été que très rares jusqu'à l'automne. Les terres asséchées "il a donc fallu aller piocher dans les stocks de fourrages d'hiver très tôt", se souvient Jérôme Veysseyre, secrétaire général adjoint à la Chambre d'Agriculture de la Haute-Loire, en charge du secteur Urbanisme-Foncier ainsi que du dossier sécheresse. Des stocks déjà amoindris par des événements climatiques précédemment cités. L'achat de fourrages n'était alors plus une option mais une nécessité. "Comme tout le monde voulait en acheter, il y a très vite eu pénurie. Il a fallu aller les chercher loin". S'ajoutait donc au prix des fourrages qui ont flambé soit dit en passant ; le coût du transport plombé par une hausse du prix des carburants. Résultat des courses, entre 6 000 et 7 000 euros d'investissement pour Jérôme Veysseyre, à la tête d'un troupeau d'une cinquantaine de bovins allaitants. L'éleveur ne peut s'empêcher d'avoir une pensée particulière pour les jeunes agriculteurs. En 2018, 70 installations ont été faites en Haute-Loire. "Il y a déjà beaucoup de contraintes et d'investissements lors d'une installation, alors s'il leur faut en plus acheter les fourrages, ça peut très vite être compliqué pour eux."

"Le ministère regarde un territoire sans loupe"

Ce Plan calamité lancé par l'Etat via le ministère de l'Agriculture et cette enveloppe de 15 millions d'euros donnaient ainsi un peu plus d'espoir aux agriculteurs, qui ont par ailleurs obtenu de la part de la Direction générale des Finances un dégrèvement fiscal. "Des échos que nous avons pu avoir, ça n'est pas bien parti", intervient Yannick Fialip, président de la Chambre d'Agriculture de la Haute-Loire qui attend la réponse officielle du Comité national de gestion des risques en agriculture. Mais en cas de refus, "avec toute la profession, nous allons réfléchir à une possible demande pour le réexamen du dossier parce que le ministère se base sur des cartes météo peu précises, il regarde un territoire sans loupe. Or, entre juillet et octobre 2018, il y a eu des orages sur certains secteurs de la Haute-Loire, mais d'autres ont été privés d'eau."

Selon une source proche de cette affaire, la décision est tombée hier, mercredi 17 avril 2019, et "le dossier a été rejeté, au motif que le caractère exceptionnel de l'événement climatique n'a pas été démontré/caractérisé dans le rapport établi par Météo France (événement d'occurrence de 1 année sur 10), qui est une pièce du dossier."

"Nous attendons la pluie

Ce qui inquiète d'autant plus le président de la Chambre d'Agriculture de la Haute-Loire, ce sont les conditions météorologiques actuelles. Contrairement à l'année dernière, ce printemps est trop sec et marqué par des épisodes de gel. "La situation est préoccupante, nous attendons la pluie. Il n'y a pas d'herbe." Et s'il n'y a pas d'herbe, il n'y a pas d'ensilage et donc pas de stock. Et si la Haute-Loire connaissait cette année une sécheresse similaire à celle de juillet-octobre 2018 ? "Nous allons attendre une quinzaine de jours, si la tendance ne s'inverse pas, nous alerterons le ministère", assure Yannick Fialip.

Près de 500 000€ distribués par la Région

Après le Plan Sécheresse lancé le 26 novembre 2018 par la Région Auvergne Rhône-Alpes pour 15 millions d'euros, une nouvelle enveloppe a été débloquée en ce début de printemps 2019. Interrogé au début du mois d'avril sur le sujet, le président de la Région, Laurent Wauquiez, expliquait le pourquoi du comment de ce Plan Sécheresse.



En tout, depuis le mois de novembre, 1 702 dossiers de demandes d’aides sécheresse ont été déposés en Haute-Loire. A l’heure actuelle, 653 dossiers ont été payés, ce qui représente une somme de 492 600 euros. Les dossiers restants seront adoptés lors de la Commission Permanente du 2 mai prochain.

Stéphanie Marin 


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteM le 20 avril 2019 - 20h20
dossier sans doute appuyé avec tact et efficacité par les élus !!! qu'eun pense MR RURALITE ?

Signaler un abus