Ça bouge aux Fangeas ! sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Ça bouge aux Fangeas !

Date : 10/10/2013 | Mise à jour : 14/10/2013 17:43
Partager

Dans l'objectif de rééquilibrer l'activité sur le Sud et l'Ouest de l'agglomération du Puy-en-Velay, les élus viennent de céder deux nouveaux lots pour des implantations d'entreprises. Une vingtaine d'emplois serait à la clef d'ici 2015.

Le conseil communautaire de l'agglomération du Puy-en-Velay a décidé vendredi soir de céder deux nouveaux lots de la zone d'activité économique (ZAE) des Fangeas (commune de Solignac-sur-Loire) pour une superficie totale de 26 515 m² et un prix total de 384 467 € HT.
Depuis plusieurs années déjà, l'agglo du Puy cherche à acquérir un maximum de parcelles sur ce secteur (environ 30 hectares, du rond-point des Fangeas jusqu'à la route de Cayres) afin de prolonger la zone d'activité déjà existante. Elle se charge ensuite d'aménager le terrain pour revendre les lots aux entreprises désireuses de s'installer.


Trois entreprises supplémentaires vont s'implanter

Déjà neuf entreprises sont présentes sur la zone : Gauthier (menuiserie), Nicolas (salaisons), AOR (meubles), Haute-Loire Manutention (levage-manutention), Bertrand (garage), M2I Sovetra (travaux), CF2C (plomberie-sanitaire), la Fourchette Auvergnate (restaurant) et DMS (matériel d'occasion). Trois autres vont les rejoindre à moyen terme. C'est le cas de Multi-Transports qui doit quitter la zone inondable de "La Petite Mer", à Chadrac pour s'installer aux Fangeas à l'horizon 2015. Cette entreprise de transports emploie 575 personnes dont 212 à Chadrac ; la décision avait été actée à l'automne 2012.
Ce vendredi soir, l'agglo a attiré deux nouvelles entreprises dans ses filets : la société Charles Chapuis, spécialisé dans le machinisme agricole et industriel, souhaite regrouper ses sites de Vals-près-le-Puy et de Costaros aux Fangeas. Comme il s'agit d'un regroupement d'activités, il n'y aurait pas forcément de nouveaux emplois de créés. Un terrain de 11 545 m² lui a été cédé pour 167 402 € HT. Le directeur de l'entreprise n'a pas souhaité nous répondre, jugeant que le projet n'était "pas assez avancé pour communiquer".


L'implantation de cette activité est liée à la création d'une aire de service pour camping-car, avec la mise en place de bornes électriques et la création de toilettes en accès libre pendant les horaires d'ouverture. Cette aire de service, désirée par l'agglo depuis plusieurs années, sera à la charge de la collectivité.

Casino aux Fangeas : une vingtaine d'emplois à la clef

La troisième entreprise à rejoindre la zone devrait être une franchise de Casino. Jean-Marc Guttierez (le précédent directeur de Géant Vals-près-le-Puy) a en effet acquis un lot de 14 970 m² pour 217 065 € HT. Il projette d'y implanter une activité de commerce essentiellement tournée vers la vente de produits du terroir, avec l'objectif de devenir une référence régionale sur les produits locaux, en privilégiant un approvisionnement départemental.
La superficie du commerce devrait être inférieure à 1 000 m² avec Drive et station-service. Cette opération devrait permettre la création de 22 emplois (représentant 16 équivalents temps plein). Si la zone des Fangeas est une zone d'activité économique (ZAE), l'enseigne Casino lui donnera aussi un aspect de zone commerciale (ZC). Joint par téléphone, Jean-Marc Guttierez n'a pas souhaité en révéler davantage, étant actuellement en train de finaliser le financement avec les banques. Le projet devrait être ficelé et présenté d'ici la fin de l'année. Il pourrait voir le jour en 2015.


Rééquilibrer l'activité sur le Sud, notamment grâce au contournement du Puy

Depuis de nombreuses années déjà, la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay cherche à dynamiser ce secteur en développant cette zone d'activité. Michel Joubert, le président de l'agglo, rappelle : "on l'a toujours dit, notre objectif est de rééquilibrer l'activité sur le Sud et l'Ouest de l'agglomération. On agrandit la zone de Polignac, de Chaspuzac et des Fangeas dans cette optique mais c'est relativement difficile car les entreprises sont attirées par la 2x2 voies située à l'est de l'agglomération".
En effet, le déséquilibre est manifeste avec l'est de l'agglo, aussi bien au niveau démographique qu'économique ou structurel. Si la zone des Fangeas se développe bien, on espère attirer des habitants du côté de Costaros, Cayres et Landos. Autre argument de poids pour dynamiser la zone des Fangeas : le contournement du Puy, qui devrait être opérationnel en 2016 (lire). "Lorsqu'il faudra cinq minutes pour aller de Blavozy aux Fangeas, ça changera la donne pour tout le Sud, ça fait une trentaine d'années qu'on se bat pour ça et le contournement devrait rééquilibrer le territoire", ajoute Michel Joubert. Quant au nombre d'emplois créés, "difficile à dire pour l'instant mais avec les investissements réalisés, il y a forcément des plans de développement et donc des emplois à la clef".


De nouvelles recettes pour l'agglo

Indirectement, l'agglo a également un intérêt pécunier dans ce projet. Si la taxe professionnelle n'existe plus, tout un éventail la remplace : CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises), IFER (imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux), le foncier bâti, etc. Les entreprises continuent donc de contribuer et les entrées d'argent sont maintenues pour la collectivité. "Pour que l'on puisse assurer des services publics, il faut bien qu'on ait quelques recettes", justifie Michel Joubert. Si les entreprises se développent, elles payent donc différentes taxes, qui sont après réparties entre les communes, l'agglo, le Département, la Région et l'Etat.
"L'activité économique entraîne le paiement de l'impôt et permet à la collectivité d'accroître ses services", note le Président de l'agglo. Le nerf de la guerre, c'est donc l'emploi : "les communautés de communes ont été créées entre autre pour qu'il n'y ait plus de bagarres entre les villes autour de ces zones d'activité : manifestement toutes ne peuvent pas en faire et celles qui en avaient généraient plus de recettes que les autres. L'objectif c'est donc que les recettes issues des taxes reviennent à l'agglomération pour qu'elle réalise ensuite des équipements publics servant à tous".


L'agglo cherche à acquérir toutes les parcelles pour les revendre par lots

La communauté d'agglomération du Puy-en-Velay a la compétence développement économique, c'est elle qui dirige et qui investit pour faire la viabilisation (et non pas la commune de Solignac-sur-Loire). Pour l'agglo, l'objectif de cette opération est d'attirer des entreprises avec des terrains opérationnels. Le Président explique : "le but est d'avoir un grand espace pour l'aménager et ensuite le revendre aux entreprises. Le problème, c'est que les terrains appartiennent à divers propriétaires privés et que c'est très morcellé. Notre but est d'avoir un espace cohérent pour ensuite le revendre par tranches aux entreprises".
Rappelons que la collectivité ne réalise pas de plus-value à la revente, il s'agit juste de rembourser les travaux de viabilité. D'importants travaux sont en effet à prévoir, concernant les réseaux d'eau et d'assainissement, mais aussi la voirie. Pour la collectivité, il est donc intéressant de posséder un espace conséquent pour entreprendre les travaux car s'ils sont réalisés par petites parcelles, les coûts s'envolent. Une grande voirie intérieure desservant toutes les entreprises serait par exemple plus intéressante que diverses petites voies, réalisées au compte-gouttes, pour chacune des entreprises. "On achète régulièrement, on essaie toujours à l'amiable mais les procédures d'expropriation ne sont pas exclues. Certains croient qu'avec le développement de la zone, le terrain va tripler sa valeur mais nu, le terrain ne vaut pas grand chose, ce qui lui donne de la valeur, c'est sa viabilisation".


Reste enfin deux questions : d'abord celle de la concurence pour les zones d'activités déjà existantes sur le bassin du Puy (sans oublier les zones commerciales de Corsac et Chirel), qui ne verront pas forcément d'un très bon oeil l'essor des Fangeas. Vient ensuite la question de la pertinence : le bassin du Puy est-il suffisament riche (démographiquement et économiquement) pour faire vivre tant de zones d'activité sur son territoire ?

Près de la moitié de la zone déjà réservée aux entreprises

La surface totale de la zone d'activité (en comptant les entreprises déjà implantées) est d'environ 30 hectares. Michel Decolin, vice-président de la communauté d'agglomération, précise : "on l'a réduite pour préserver les terres agricoles". Les entreprises déjà présentes s'étalent sur environ sept hectares et celles qui arrivent disposeront de six hectares ; il reste donc 17 hectares environ, dont douze appartiennent à des propriétaires privés et cinq à l'agglo.
Pour les terrains que possède déjà la collectivité, l'objectif est que les travaux d'aménagement et de voirie soient terminés fin 2014. Après, ce sera aux entreprises de prendre le relais et de construire les nouvelles structures pour une ouverture en 2015-2016. "On n'a pas toute la maîtrise foncière et on essaie pour l'instant d'acquérir les terrains à l'amiable", explique le maire de Bains, "mais on a quand même une réserve foncière de cinq hectares, c'est déjà bien surtout qu'on a pas mal de demandes... Les entreprises se bousculent au portillon".


Maxime Pitavy

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistep le 21 octobre 2013 - 22h56
Mais c'est très bien un projet de développement en amont de Chirel. soit les élus ont un problème d'orientation gégraphique soit ils souhaitent stopper le développement de Chirel . je ne pensais pas que des gens responsables puissent connstruire ainsi le développement du bassin du Puy , mais ne soyons pas dupes il ya des intérets pour Casino et alors pourquoi pas Casino à l'est ainsi la libre concurrence serait respectée casino de part et d'autre ..bravo merci les elus..

Signaler un abus

img_journalisted le 12 octobre 2013 - 18h40
un supermarché de 1000 m² avec des produits régionaux, un drive ....et puis quoi encore. bon courage aux commerçants du secteur ( les baraques, costaros) qui ont fait des investissements dans des produits régionaux et qui n'ont pas eu autant d'aides qu'un ancien de Casino. Au fait m Boutreux, lui on le connait, on sait ce qu'il a réussi et ce qu'il souhaite faire ; et ses concurrents sont Auchan et Casino comme par hasard...Vivement Hyper U à saint germain

Signaler un abus

img_journalisteJP le 11 octobre 2013 - 10h18
aller faire ces courses(tout domaines confondues...) à st Etienne? j'ai un doute sur la rentabilité de faire entre 70km voir 80km(pour Leroy merlin par exemple!)pour ça,c'est du non sens! d'autans qu'il manque pas ganrd chose sur l'agglomération...

Signaler un abus