Covid-19 : l'appel inédit des directeurs d'hôpitaux de Haute-Loire sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Covid-19 : l'appel inédit des directeurs d'hôpitaux de Haute-Loire

Date : 27/10/2020 | Mise à jour : 28/10/2020 06:35
Partager

"Si nous étions sûrs d’avoir cette capacité à tous vous soigner, cet appel n’existerait pas", signent les cinq directeurs d'établissement hospitalier de Haute-Loire dans un appel inédit... et préoccupant alors que le gouvernement fixera de nouvelles règles sanitaires pour les zones les plus touchées par le coronavirus ce mercredi.

La région Auvergne-Rhône-Alpes fait partie des territoires les plus touchés par la deuxième vague de Covid-19 en France. Selon la Haute Autorité de Santé, la région présente le taux d’incidence le plus élevé après l’Ile-de-France.
C'est pourquoi un renforcement des mesures sanitaires s'annonce désormais inévitable notamment à Lyon, Saint-Etienne et Grenoble. La Haute-Loire ne devrait pas faire exception. Le taux d’incidence de la Haute-Loire est d'ailleurs le plus élevé d’Auvergne : 796 au 24 octobre, contre 425 dans le Puy-de-Dôme, 278 dans l’Allier et 246 dans le Cantal.
Les habitants de la région peuvent donc se préparer à des changements significatifs dans leur quotidien. Trois hypothèses sont envisagées : reconfinement local le week-end dans les zones les plus touchées, couvre-feu à 19h et reconfinement général national pendant quatre semaines.

Un appel inédit

Face à cette situation alarmante, les cinq directeurs (et les cinq présidents des commissions médicales d'établissements) d'établissement hospitalier de Haute-Loire (Jean-Marie Bolliet pour le CH Emile Roux, Sylvie Tourneur pour le CH d’Yssingeaux, Marc Vandenbrouck pour le CH de Brioude et le CH de Langeac, par interim, et Henry Herdt pour le CH de Craponne) signent une missive aussi inédite que préoccupante.

L'appel lancé par les centres hospitaliers de Haute-Loire, leur direction et leur corps médical

"Au nom des hospitaliers de Haute-Loire, nous lançons cet appel. Albert Einstein avait pour habitude de dire que les plus grands dangers pour l’humanité viendraient de l’infiniment grand ou de l’infiniment petit. L’époque lui donne malheureusement raison.

Avec lui, nous devons comprendre que cet ennemi invisible qui se tapit dans nos mains, nos souffles, nos exclamations et nos baisers met au défi notre intelligence et notre capacité d’humain à comprendre, à accepter cette réalité et à nous adapter.

La crise sanitaire que nous traversons est un moment si particulier que les personnes qui sont au service de votre santé prennent la parole d’une manière inédite avec cet appel. Nous tenons solennellement à nous adresser à tous ceux qui considèrent que l’altruisme, le soin à l’autre, sont des valeurs fondamentales du vivre-ensemble.

Ce qui se joue dans chacun de nos moments familiaux, amicaux, sportifs ou encore professionnels, ce n’est ni plus ni moins que la capacité du système hospitalier à soigner tous les malades du COVID mais également tous ceux qui ont besoin de l’hôpital.

Si nous étions sûrs d’avoir cette capacité à tous vous soigner, cet appel n’existerait pas.

Lavez-vous les mains souvent, très souvent, portez le masque souvent, très souvent. Et portez ce masque sur la bouche et le nez. Ne vous touchez pas le masque, gardez les mains au-dessous des épaules lorsque vous n’avez pas de masque. Désinfectez-vous les mains pour vous toucher le visage.

Nous nous permettons de rappeler que la propagande anti-masque portée par des groupuscules irresponsables relève, non seulement de postures mettant délibérément en danger la vie d’autrui, mais plus encore d’une négation de la réalité scientifique, et au pire, de la réalité tout court. Protégez-vous, protégez-nous. Protéger les soignants de Haute-Loire".


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteEE le 28 octobre 2020 - 17h14
arrêtez avec vos masques les 3/4 porte des masques sale uniquement pour les 135 € ! je rappel que la masque n est pas obligatoire partout en extérieur heureusement que nous ne somme pas en 1940 sa balance partout

Signaler un abus

img_journalister le 28 octobre 2020 - 12h51
encore ce matin, dans un commerce de fruits et légumes, j ai demandé à la personne qui me collait à la caisse de respecter la distenciation, presque insulté parcequ elle avait deux enfants en bas age, elle ne pouvait attendre en caisse, je lui ai dit de laisser ses enfants chez elle , exemple concret et récurrent

Signaler un abus

img_journalisteNM le 28 octobre 2020 - 12h44
Malheureusement aucune anticipation de la 2ème vague dans certaines administrations.Alors qu'il aurait fallu limiter les risques de contamination en pratiquant le télé travail qui a fait ses preuves lors de la 1ere vague,que les équipements étaient là,les agents des services concernés ont eu l'injonction contraire,venir sur site en présentiel.Du coup il faudra à nouveau un confinement pour y repenser...Inertie et blocage sont vraiment aussi responsables de la catastrophe sanitaire actuelle

Signaler un abus