Bilan du préfet après "un passage très dense, très riche, très positif" même si... sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Bilan du préfet après "un passage très dense, très riche, très positif" même si...

Date : 12/04/2019 | Mise à jour : 12/04/2019 18:21
Partager

C'est l'heure du bilan pour Yves Rousset, qui vit ses derniers jours en tant que préfet de la Haute-Loire. Dans un peu plus d'une semaine, il endossera le costume de préfet du Loir-et-Cher, cédant sa place à Nicolas De Maistre.

Seul derrière son pupitre, face à un parterre bien fourni, composé de parlementaires, de représentants des collectivités et des services de l'Etat, du Département, de la Région, du monde de l'entreprise et du tissu associatif etc ; Yves Rousset a dressé le bilan de ses 20 mois passés en Haute-Loire.  "Je suis fier d'avoir servi l’État dans ce beau département de la Haute-Loire, et d'avoir pu y affirmer sa place. Durant les 20 mois passés en Haute-Loire je me suis efforcé, comme je l’ai toujours fait, de donner un cap, une direction à l’action de l’État sur le territoire qui soit conforme aux valeurs qui sont les miennes, cohérentes avec celles de la République. Et au moment du bilan, c’est à la fois à titre professionnel et personnel que je considère ce passage dans votre département comme très dense, très riche, très positif." Un passage aussi très remarqué, avec pas moins de 400 visites de terrain (entreprises, exploitations agricoles, associations caritatives, culturelles, sportives), nous avions déjà souligné l'hyperactivité d'Yves Rousset en tant que préfet lors de la cérémonie des voeux.

Pendant près de 30 minutes de discours, le préfet a rappelé les dossiers qu'il a pu suivre tout au long de ces 20 derniers mois, soulignant la richesse et la qualité des partenariats, "le temps où l’État imposait sa volonté à tous est révolu"et d'en remercier tous les acteurs.


(Yves Rousset et Michel Chapuis, jeudi 11 avril 2019. Photo DR/S.Ma)


"La Ville du Puy ne pourra pas dire que l’État ne l’accompagne pas"

Le préfet a également fait un "clin d'oeil" à Michel Chapuis, maire du Puy. "Avec la mairie du Puy-en-Velay la volonté d’avancer ensemble a été je crois rapidement acquise. C’est ainsi que nous avons pu renouer en Préfecture peu de temps après mon arrivée pour chercher un accord entre tous les acteurs – et ils sont nombreux – de la Ville Haute."  Il a ainsi rappelé l'opportunité que représente l'Opération Cœur de Ville  qui "permet de donner de la cohérence entre Ville-Haute, ANRU, PNRQAD, Label Unesco, Fisac, 1 % Paysage en embrassant tous les volets du développement de cette ville – stratégique pour l’agglomération et le département. [...] J’évoquerais également l’effort significatif, semaine après semaine, réalisé pour protéger les bâtiments publics municipaux ou les 100 000 euros de crédits débloqués in extremis en fin d’année dernière pour la rénovation de la place de la Libération. La Ville du Puy ne pourra pas dire que l’État ne l’accompagne pas." C'est dit !


(Les travaux de réparation de la préfecture ont démarré au mois de mars. Photo DR/S.Ma)

1er décembre 2018, une image indélébile

"Avant de conclure, il m'est cependant impossible de partir sans évoquer le 1er décembre dernier. Une dernière fois, car la Haute-Loire bénéficiait d'une image positive [...]. Cette image a été fortement dégradée avec le film de l’après-midi du 1er décembre 2018", a déclaré le préfet avec beaucoup d'émotion dans la voix et des larmes tout juste retenues dans les yeux. Cette image, c'est, s'il faut le rappeler, celle d'une préfecture en feu.

Des travaux de réparation ont été engagés depuis le mois de mars pour un montant de 400 000 euros concernant la préfecture et 240 000 euros pour les locaux de la Direccte et de l'ONAC. "Mais ils ont surtout provoqué une fracture entre la population altiligérienne, sa police et sa gendarmerie. Les attaques d’une rare violence contre les femmes et les hommes qui protégeaient l’édifice et les fonctionnaires qui y travaillaient et qui étaient menacés eux aussi de mort. Ces attaques ont laissé des traces indélébiles parmi les forces de l’ordre. Ceux-là même qui garantissent au quotidien la protection des manifestants, qui garantissent le droit de manifester, qui protègent tous les bâtiments publics, dont je veux une fois encore publiquement saluer le courage et l’engagement."

"Tout ce que vous m’avez appris ici, en Haute-Loire m’aidera"

Dans une dizaine de jours, Yves Rousset aura quitté les terres altiligériennes pour rejoindre celles de la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault. "Je suis heureux d’aller dans le Loir-et-Cher, un autre département rural où tout ce que vous m’avez appris ici, en Haute-Loire, m’aidera : élevage, filière bois, les forces des territoires ruraux... C’est un honneur pour moi que de disposer de la confiance du Gouvernement qui ne m’a jamais été comptée et demeure pour un nouveau et possible dernier poste. Je garderai de ce beau département un très bon souvenir même si terni par des événements douloureux qui ont touché des Altiligériens avant tout."

Stéphanie Marin

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteFR le 15 avril 2019 - 18h32
Bien content qui parte

Signaler un abus

img_journalisted le 13 avril 2019 - 18h08
Désolé mais on ne travaille pas tous à la préfecture, mais on sait reconnaitre la valeur d 'un préfet quand on travaille à ses côtés dans d autres missions.

Signaler un abus

img_journalisteHC le 13 avril 2019 - 11h45
nous avons perdu un grand Préfet. Un homme humain, compréhensif, à l'écoute. Qui n'a pas eu la tâche facile ni facilitée. Obligé de guetter de part et d'autres que la parole de l'État soit respectée. Bon vent Monsieur Rousset dans votre prochaine étape.

Signaler un abus