Avec l'arrivée d'un nouveau pédiatre, la Haute-Loire compte... un pédiatre sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Avec l'arrivée d'un nouveau pédiatre, la Haute-Loire compte... un pédiatre

Date : 04/12/2013 | Mise à jour : 05/12/2013 11:17
Partager

Le dernier spécialiste libéral du département, Michel Bach, qui pratiquait au Puy, est parti à la retraite en juin dernier. Ce lundi, Spyridon Deres, médecin pédiatre de 44 ans, a repris le flambeau.

Avec un taux de 2,01 enfants par femme en 2012, les françaises n'ont jamais eu autant de bébés depuis 35 ans. Mais les pédiatres, quant à eux, se font de plus en plus rares, particulièrement en zone rurale. En effet, la Haute-Loire ne compte qu'un seul pédiatre libéral et n'en avait carrément aucun ces quatre derniers mois, laissant alors une dizaine de milliers de mamans sur le carreau.
S'il est possible de consulter un pédiatre à l'hôpital Emile Roux du Puy-en-Velay, la liste d'attente est suffisament longue pour en décourager plus d'un. C'était d'ailleurs le même problème pour le Docteur Bach et il en devrait en être de même pour son remplaçant.


En provenance de Grèce

Après 35 ans de bons et loyaux services, le docteur Bach a donc tiré sa révérence. Lorsqu'il avait débuté au Puy, ils étaient trois spécialistes en Haute-Loire. Aujourd'hui, il n'en reste donc plus qu'un : le médecin pédiatre Spyridon Deres, qui a repris le cabinet du docteur Bach au numéro 3 de la place Michelet, sous les colonnes. Le spécialiste a également repris la clientèle de son prédécesseur ainsi que sa secrétaire, qui l'avait accompagné pendant seize ans.

Si le docteur Bach intervenait au Centre Hospitalier Emile Roux, ce ne devrait pas être le cas de son successeur.

Spyridon Deres vient de Grèce, où il a été chef de service pendant dix ans. Né en région parisienne, il a gagné la Grèce à l'âge de sept ans : il est donc francophone. Tous ces diplômes (onze ans d'étude) ont bien évidemment été validés par le conseil de l'ordre des médecins et la CPAM (Caisse Primaire d'Assurance Maladie). Arrivé mi-octobre en France, il a ouvert le cabinet ce lundi 2 décembre et accueillera les enfants du lundi au vendredi, de 8h30 à 18h. Une ouverture le samedi est envisageable à moyen terme.


Près de 90 % des Altiligériens n'auraient pas accès à un pédiatre dans de bonnes conditions

Si l'arrivée d'un nouveau pédiatre au Puy est quand même une bonne nouvelle, elle ne suffit pas à rééquilibrer l'offre sur le territoire. Selon une étude menée par l'UFC Que Choisir à l'automne 2012 sur l'ensemble de l'hexagone (lire), il faut attendre en moyenne 18 jours pour avoir un rendez-vous avec un pédiatre et 58 % des français ont un accès difficile à des pédiatres sans dépassemnt d'honoraires car plus de la moitié de ces spécialistes y aurait recours.
Selon l'étude, 88 % de la population altiligérienne ne peut pas accéder à cette spécialité dans de bonnes conditions. Les dépassements d'honoraires ont été multipiés par cinq (en euros constants, c'est à dire en plus de l'inflation) depuis l'ouverture du secteur 2 en 1980. Malgré sa fermeture partielle en 1990, leur croissance est restée vive puisqu'ils ont doublé en 20 ans.


Quelques chiffres sur l'activité

du Centre Hospitalier Emile Roux en 2012 :

Le service pédiatrie :
1854 enfants accueillis (dont 70% qui sont arrivés par les urgences)
Durée moyenne de séjour = 1.94 jour

Le service néonatalogie :
215 enfants pris en charge
Durée moyenne de séjour : 7.19 jours.

Médecins généralistes et service pédiatrie de l'hôpital du Puy

L'Agence régionale de santé d'Auvergne, bien consciente de la pénurie de pédiatres en Haute-Loire, nous avait expliqué en janvier 2011 : "cette situation spécifique a développé, depuis de nombreuses années, la prise en charge des nourrissons du département par des médecins généralistes, sans préjudice pour leur santé puisque le taux de mortalité infantile altiligérien est dans la moyenne". Sur la période 2009-2011, il était de 2,4 décès pour 1 000 en Haute-Loire, de 3,5 en Auvergne et de 3,6 en France (rapport entre le nombre de décès d'enfant de moins de un an et l'ensemble des enfants nés vivants sur la période).
Rappelons par ailleurs que le service hospitalier de pédiatrie au Centre Hospitalier Emile Roux permet une prise en charge spécialisée en fonction des besoins. Il compte deux praticiens hospitaliers travaillant à 100%, deux praticiens attachés associés travaillant à 100%, un interne de spécialité et quatre internes de médecine générale (ils font 3 mois en pédiatrie et 3 mois en gynécologie). Quant au délai d'obtention d'un rendez-vous en pédiatrie, il est difficile de l'évaluer. Le service communication de l'hôpital précise : "en cas d’urgence pédiatrique, un médecin généraliste peut contacter le service de pédiatrie et obtenir pour son jeune patient une consultation, sans aucun délai, avec l'ouverture d’une consultation d’urgences".


La PMI, un service gratuit

Rappelons enfin qu'outre les pédiatres et les généralistes, il existe un service du Conseil général : des permanences hebdomadaires et gratuites de la PMI (Protection Maternelle et Infantile), sur rendez-vous, pour les consultations de routine. Mais ce ne sont pas des pédiatres qui vous reçoivent.
En 2010, 2 308 visites à domicile concernant des enfants de moins de six ans ont été effectuées et 440 femmes enceintes ont été suivies par ce service. 3 007 actes de consultations infantiles ont été réalisés dans les 14 lieux de consultations et 1 442 enfants de 4 ans ont bénéficié d’un bilan médical à l’école maternelle.


Le Conseil de l'ordre des médecins fait obstacle

Bien évidemment, nous aurions souhaité rencontrer le docteur Deres pour réaliser cet article mais le Conseil de l'ordre des médecins lui a interdit de nous répondre, considérant qu'il s'agirait d'une "publicité médicale pouvant nuire à d'éventuels confrères".
Une réflexion qui nous aura quand même bien amusé, puisqu'on sait qu'il est le seul pédiatre libéral du département, pour un bassin de population d'environ 200 000 personnes...


Maxime Pitavy

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistejb le 5 décembre 2013 - 20h47
Il est urgent qu'un vrai pédiatre officie en lieu et place de généralistes mal formés à la petite enfance et ses stades de développement.Quand on voit le nombre d'enfants débarquant à l'école avec des pathologies que n'ont pas pu ou voulu évoquer les médecins traitants et que les enseignants doivent annoncer pour la 1° fois à des parents que leur enfant a des troubles non détectés, ça fait frémir au 21° siècle!!!!

Signaler un abus

img_journalistegG le 5 décembre 2013 - 19h40
Le numerus clausus c'est la faute à Simone! à une époque révolue c'est çà qui est à revoir! et personne ne veut venir ,à tort ,s'installer en Haute Loire çà aussi c'est à revoir! bienvenue à ce nouveau médecin .

Signaler un abus

img_journalisteJP le 5 décembre 2013 - 17h54
C'est inadmissible de lire certains commentaires, on attend un pédiatre au PUY depuis DES ANNEES et lire des ignominies pareilles parce qu'une personne est de nationalité étrangère qui a fait des études d'une part et obtenus la validation de ses diplômes en France quoi de plus normal, l'appel à candidatures à toucher toute la France, alors cessons l'amalgame compétences et nationalité, çà suffit, merci Docteur d'avoir rejoint LE PUY.

Signaler un abus