Au Puy, Yssingeaux, Vorey... tous enseignants sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Au Puy, Yssingeaux, Vorey... tous enseignants

Date : 22/10/2020 | Mise à jour : 22/10/2020 11:50
Partager

« Nous avons tous, ancré dans nos cœurs, le souvenir d’un professeur qui a changé le cours de notre existence […] Samuel Paty était de ceux-là. » C’est avec ces mots que le président de la République a rendu hommage à l’enseignant victime du terrorisme, ce mercredi 21 octobre 2020, à la Sorbonne.

Au Puy-en-Velay, à 18h, un peu plus d’une centaine de personnes ont répondu à l’appel, le matin même, de la mairie, pour une minute de silence aux côtés de quelques élus et sans allocution (nos photos ci-dessus).

A Yssingeaux, à 18h30, ils étaient à peu près autant à avoir répondu à l'appel de la municipalité lancé mardi à la mi-journée. Sans pancartes sans banderoles devant la mairie, le visage grave ils ont écouté un texte lu par Jean-Louis Trilland, l’adjoint à la vie scolaire/sport et instituteur. Une minute de silence a également été observée.



A Vorey, une quarantaine de personnes se sont recueillies également autour de la mairie.



L'hommage rendu à Vorey par la maire Cécile Gallien :

« Vendredi un assassinat ignoble a été commis à l’encontre de Samuel Paty, professeur d’histoire géographie. Vous avez été nombreux à dire votre tristesse, votre colère, votre sidération.

Nous sommes réunis aujourd’hui, élus, enseignants des écoles Louis Jouvet et Sainte Thérèse ou à la retraite, prêtre, agents publics, citoyens, pour rendre hommage à Samuel Paty, en ce jour d’hommage national où la France entière est en deuil, les drapeaux en berne et où une cérémonie aura lieu avec sa famille et le Président de la République ce soir dans ce haut lieu de la Sorbonne.

Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille, à ses collègues, à la Communauté éducative.

Samuel Paty a été assassiné par un terroriste islamiste radical, parce qu’il enseignait la liberté d’expression, la liberté de penser, de débattre, de se respecter. Ces terroristes ont touché aux enseignants à qui la Nation confère la mission fondamentale d’instruire, d’apprendre à nos enfants, de les éveiller aux savoirs, à l’autre, à la différence, à l’effort, à la responsabilité.

Les enseignants doivent être respectés.  Les réseaux sociaux ne doivent plus proférer de messages de haine ou d’appel au pire.  Merci aussi aux forces de l’ordre, toujours présentes, gardiens de la paix.

L’islamisme radical veut détruire ce que nous représentons, ce que la France Pays des lumières représente, détruire ses valeurs fondamentales de liberté, d’égalité, de fraternité ; détruire son principe de laïcité, c’est-à-dire la liberté ici en France de croire quelle que soit sa religion, ou de ne pas croire, dans le respecter des lois de la République. Il est grand temps de redire ou d’apprendre à tous ce principe de laïcité, et de l’appliquer.

L’obscurantisme ne passera pas. Nous ne pouvons accepter que des barbares nous imposent des valeurs qui ne sont pas les nôtres.

Nous sommes sans peur, ni haine, mais désormais animés par une vigilance accrue et sans faille, unis dans la paix pour sauvegarder les valeurs de la République. Observons une minute de silence et comme l’a dit Robert Badinter ce matin « Que Samuel Paty soit salué, qu’on se taise, qu’on ne se déchire pas, qu’on rende hommage »

 


L'association des maires de France appelle chaque municipalité à rendre homme à Samuel Paty :
"L’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, en charge de l’enseignement moral et civique, au collège du Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine est un acte barbare et révoltant que rien ne peut justifier. L’Association des maires de France adresse ses sentiments de profonde sympathie à sa famille, ses amis, ses collègues et ses élèves, et partage l’émotion qui a saisi le pays tout entier. Elle assure de sa solidarité et de son soutien l’ensemble du corps enseignant, dont la mission d’éveil à la connaissance, de formation de l’esprit critique et de la liberté de penser par soi-même est irremplaçable et constitue un pilier essentiel de la formation que la République doit à ses citoyens. Les maires connaissent et reconnaissent l’engagement et le dévouement au service de nos enfants et de nos jeunes, des enseignants et de tous les personnels éducatifs qui concourent au fonctionnement quotidien des établissements d’enseignement. Mais, ce n’est pas seulement la communauté éducative qui est endeuillée : c’est toute la France et la République, contestées dans leurs principes fondateurs. Car au-delà de cet acte odieux, une nouvelle fois c’est la liberté d’expression et le principe de laïcité, tels que nos lois, notre volonté commune et notre histoire les conçoivent, qui sont violemment mises en cause. Et cela nous ne l’acceptons pas, car ce serait vider de leur sens les valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité qui figurent aux frontons de nos mairies. L’Association des Maires de France appelle donc toutes les communes de France à témoigner de leur solidarité avec la victime et sa famille, de leur soutien à l’ensemble de la communauté éducative et de leur mobilisation pour défendre la liberté d’expression et la primauté de la laïcité dans l’organisation de la République. Pour ce faire, elle propose aux communes d’afficher sur leurs bâtiments le mot-dièse #jesuisenseignant, de respecter une minute de silence lors de la prochaine réunion du conseil municipal et choisir un jour de mise en berne du drapeau de la mairie. Ainsi, chaque commune de France pourra rappeler son attachement aux grands principes de la République et l’immense respect dû à celles et ceux qui ont pour mission de former les citoyens de demain."



Du côté de l’enquête, sept personnes ont été mises en examen hier soir, dont le père de famille qui avait diffusé une vidéo qualifiant le professeur d’histoire de voyou, mais aussi l’islamiste Abdelhakim Sefrioui, trois autres majeurs proches de l’assassin, et deux collégiens de 14 et 15 ans qui ont accepté 300 euros pour désigner Samuel Paty au terroriste, en sachant qu’il venait pour humilier et frapper l’enseignant. Les deux jeunes ont été remis en liberté contre l’avis du parquet.







Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteL le 23 octobre 2020 - 14h26
il aurait fallut être informés un peu à l'avance de ces hommages pour pouvoir s'organiser

Signaler un abus

img_journalisteR le 23 octobre 2020 - 09h20
FORMIDABLE. Toutes les huiles sont là, c'est ignoble, la nation va protéger ses professeurs....Mais au delà de l'horreur, rappelons combien ce gouvernement a déconsidéré ses enseignants avec des réformes stupides, la fin des capa, un rattrapage salarial bidon et la fourniture de masques inefficaces et dangereux pour la santé. Combien de profs se sentent abandonnés lors de conflits avec les parents d'élèves, comme cette insti du cap d'agde, menacée puis mutée. Alors les beaux discours..

Signaler un abus

img_journalistea le 22 octobre 2020 - 13h41
pitoyable la mobilisation au Puy en velay et bien médiocre la "prestation" des représentants de la mairie pour ce professeur qui pourtant a mérité le plus beau discours de notre Président

Signaler un abus