Attaque d'abeilles : l'apiculteur poursuivi ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Attaque d'abeilles : l'apiculteur poursuivi ?

Date : 03/07/2019 | Mise à jour : 04/07/2019 06:43
Partager

Après qu'un couple de randonneurs a été attaqué par des milliers d'abeilles ce mardi au Brignon, le parquet du Puy a diligenté une procédure judiciaire pour des faits de blessures involontaires avec incapacité n’excédant pas 3 mois par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence.

- Photo d'illustration / DR Maxime Pitavy / Archive Zoomdici -

C'est au lieu-dit "Les Rozières", commune du Brignon, qu'une femme de 51 ans et un homme de 62 ans, originaires du Loiret (45) ont mis un terme à leur randonnée. A une dizaine de mètres, un apiculteur était en train de récolter son miel.
"Les deux randonneurs se sont fait importuner", relate sobrement le capitaine Pons, "puis piquer méchamment" par des abeilles dérangées par la récolte du miel et un temps orageux. Les deux victimes ont alors jeté leurs sacs et ont appelé en toute hâte les pompiers.

Bref rappel des faits

A leur arrivée, les corps étaient recouverts à 100 % d'abeilles et on ne voyait pas le moindre bout de leur peau. Plus de 300 piqûres ont été recensées sur le corps du sexagénaire, dont le pronostic vital était engagé. Gonflé de partout, il souffrait de détresse respiratoire. Tous deux ont été évacués en urgence absolue vers l'hôpital du Puy.
Retrouvez le détail de cette intervention des pompiers, qui ont mis "leurs propres vies en danger" sur cette opération de sauvetage dans notre précédent article.

La femme saine et sauve, l'homme transféré à Saint-Etienne

Réagissant mal aux piqûres des abeilles, l’homme, âgé d’environ 60 ans, a été immédiatement pris en compte par les secours et transporté au C.H.P.L de St-Etienne.
La femme, âgée d’une cinquantaine d’années, a été également hospitalisée dans un premier temps au CH Emile-Roux du Puy-en-Velay, puis a quitté l’établissement ce mercredi 3 juillet, en début d’après-midi. 

En Haute-Loire, les ruches doivent être situées à "20m de la voie publique autre qu'une route nationale et qu'une route départementale pour lesquelles la distance est portée à '40m", précise un arrêté de La Haute-Loire, datant du 23 février 1994.

Procédure judiciaire du parquet

Les insectes provenaient de ruches situées à proximité du chemin rural emprunté par les victimes, un apiculteur venant de prélever le miel au sein de celles-ci. A la demande du parquet du Puy-en-Velay, une procédure judiciaire est diligentée par les militaires de la brigade de gendarmerie de Costaros pour des faits de blessures involontaires avec incapacité n’excédant pas 3 mois par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence.
La qualification de l’infraction pourra être amenée à être adaptée suivant le résultat des investigations menées et l’évolution de l’état de santé de la victime masculine hospitalisée à St-Etienne.




 
Partager

Vous aimerez aussi