Aiguilhe : à la (re)conquête du label Itinéraire Culturel Européen sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Aiguilhe : à la (re)conquête du label Itinéraire Culturel Européen

Date : 25/09/2019 | Mise à jour : 04/10/2019 16:30
Partager

Obtenu en 2007, mais perdu quatre ans plus tard, ce label permet de booster l'activité touristique en fédérant les sites Michaéliques. On pense au Mont Saint-Michel en premier lieu et un chemin de randonnée (GR 300) permettra bientôt de le rejoindre depuis Aiguilhe.

"On est un petit site Saint-Michel mais se mettre dans le soleil de ces grands sites, c'est participer à la promotion de notre propre territoire", explique le maire d'Aiguilhe Michel Roussel. On pense bien sûr au Mont Saint-Michel, en Normandie, qui accueille chaque année près de 2,5 millions de visiteurs, mais aussi à la Sacra di San Michele en Italie, le Monastère de Sant Miquel de Fluvia en Espagne, ou encore l’Abbaye de Saint-Michel de Cuxa dans les Pyrénées Orientales.
En apportant de la lumière sur le site d'Aiguilhe, l'objectif est aussi de booster l'activité touristique et d'offrir des retombées économiques sur le territoire. "Il y a une action transversale, c'est la définition de l'image Saint-Michel", poursuit le premier magistrat d'Aiguilhe, "comment on peut à travers cette image développer un réseau qui puisse avoir des retombées économiques et sur lequel on puisse capitaliser". Une étude marketing commune aux collectivités concernées sera d'ailleurs lancée d'ici fin 2019.

70 à 80 000 visiteurs chaque année au rocher Saint-Michel d'Aiguilhe 

"C'est beaucoup mais l'objectif n'est pas forcément d'en accueillir plus", tempère Michel Roussel, "en avoir 100 000 serait le grand maximum mais on peut peut être étaler davantage la fréquentation sur l'année, qui pour l'instant est très concentrée sur le mois d'août".

A la conquête du label « Itinéraire Culturel Européen »

Il existait une association depuis 2007, "Les chemins du Mont Saint-Michel", qui avait créé 2 500 km de chemins qui convergent vers le Mont Saint-Michel. L'association était reconnue avec le label d'itinéraires culturels du Conseil de l'Europe mais cette reconnaissance a été perdue car il était reproché à l'association d'avoir une gouvernance franco-française, ainsi que son absence de dimension européenne.
Les élus aiguilhais ont donc tout repris à zéro et monté une nouvelle association. D’où l’accord signé à Lyon entre ces quatre sites européens, comme Zoomdici l'avait évoqué en mars dernier. Aujourd’hui, ce réseau réunit neuf membres répartis sur la France, l’Italie et l’Espagne, dont les quatre sites mentionnés plus haut, avec l'objectif à moyen-terme de (re)conquérir le « très prestigieux » label Itinéraire Culturel Européen, décerné par le Conseil de l’Europe. Ce label permet notamment de fédérer les différents sites et territoires autour d’un projet commun d’animation et de favoriser la fréquentation touristique pour une clientèle axée sur le patrimoine européen. 

Objectif : relier Aiguilhe au Mont Saint-Michel, un itinéraire de 900 km 

Dans la lignée de ce partenariat européen autour de Saint-Michel, le président de l'association "Autour de Saint-Michel d'Aiguilhe", Philippe Ayat, ne cahche pas ses ambitions : "notre but ultime est de relier Aiguilhe au Mont Saint-Michel et nous avons acté avec le fédération française de randonnée pédestre la création de ce GR300 qui part d'Aiguilhe, jusqu'à Ebreuil, avant de monter vers Tours et le Mont Saint-Michel".
Les habitants du bassin du Puy ne connaissent pas bien du tout cet itinéraire, qui est un ancien chemin jacquaire qui n'allait que jusqu'à Clermont-Ferrand. "On essaye de le faire connaître et ce chemin n'est pas encore totalement finalisé, mais déjà jusqu'à Ebreuil", ajoute Philippe Ayat.

Une application mobile pour les points importants qui vont jalonner ce chemin

Il faut compter 900 km environ pour rejoindre Mont Saint-Michel et le départ se fait sur l'esplanade, au pied du rocher d'Aiguilhe. Passage par l'Hôpital d'Emile Roux, Chemin de la Boriette, Polignac, Le Collet, Le Moulin des Estreys, Les Estreys, Grazac, Chazelles, Pralhac, Loudes, Cereix, St Jean de Nay... jusqu'à Chavaniac-Lafayette, Vieille-Brioude, Brioude et enfin Auzon avant de quitter le département.
Une application mobile vient compléter le dispositif pour avoir les différents points importants qui vont jalonner ce chemin : les hébergements, les travitaillements, les sites à découvrir au niveau de l'architecture, de la géologie ou encore de la géographie. l'avantage de l'application, c'est aussi de mettre à jour très rapidement les modifications qui interviennent, notamment pour l'hébergement et la restauration.


Maxime Pitavy



 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire