À Rive-de-Gier, des friches se dessinent un avenir sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

À Rive-de-Gier, des friches se dessinent un avenir

Date : 09/01/2019
Partager

L’avenir de l’entrée Est de Saint-Étienne Métropole, à Rive-de-Gier, est en réflexion. Le site Duralex et la halle Couzon ont des atouts considérables, mais sont situés en zones inondables.

À Rive-de-Gier, une partie des halles Couzon sera démolie d’ici le mois de février. Les travaux de désamiantage ont démarré. Il s’agit d’assainir cet immense bâtiment industriel construit en 1917.
Un site qui possède un atout patrimonial : la halle possède une charpente entièrement construite en bois.
« C’est notamment cela qui nous a poussés à l’acquérir », confie Jean-Claude Charvin, le maire de Rive-de-Gier. Le vice-président de Saint-Étienne Métropole ajoute : « Nous avons envisagé de monter ici une multitude de projets comme un marché couvert, une salle de spectacle, un espace modulable pour les entreprises, mais on est en zone inondable… On ne peut pas créer un établissement qui accueille du public. On va voir avec l’État comment lever la zone inondable ».

Un projet potentiel de pôle régional sur la pollution


En effet, le Couzon passe sous le bâtiment qu’il menace en cas de crue centennale. Il passe précisément sous une aile qui sera démolie en ce début d’année. Pour autant, Jean-Claude Charvin confie : « On a parlé ici de l’installation d’un pôle de régional de recherche sur la dépollution porté par l’université.
Il y a en parallèle un projet porté par un producteur du Rhône qui voudrait installer des serres pour cultiver des champignons notamment utilisés pour dépolluer. Nous travaillons donc sur une cellule de dépollution portée par l’université afin de créer un ensemble cohérent. »

70 000 véhicules passent chaque jour


12 millions d’euros seront investis sur la halle Couzon ainsi que sur le site Duralex, afin de recalibrer les berges du Gier. À terme, avec la réhabilitation de ces deux sites, l’entrée Est de Saint-Étienne Métropole devrait montrer un nouveau visage aux 70 000 automobilistes qui traversent cette zone chaque jour.

L.J.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistepp le 10 janvier 2019 - 09h54
En 2006 ,paraissait l'ouvrage signé Ph.Peyre ,alors conservateur du musée de la mine, sous le titre "100 sites en enjeux -l'héritage industriel de St-Etienne et de son territoire " La protection et la mise en valeur de notre patrimoine semble enfin prendre corps .Il était temps .Rive de Gier et St-Chamond peuvent être exemplaires dans ce domaine .

Signaler un abus