60 nouvelles places pour accueillir les réfugiés dans l'Yssingelais sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

60 nouvelles places pour accueillir les réfugiés dans l'Yssingelais

Date : 17/10/2019 | Mise à jour : 17/10/2019 12:41
Partager

L'association Entraide Pierre Valdo agrandit son champ d'intervention en faveur des demandeurs d'asile.

Ce mercredi 16 octobre 2019, au foyer rural à Yssingeaux, la sous-préfète de l'arrondissement d'Yssingeaux Christine Hacques et les responsables de l'association Entraide Pierre Valdo ont invité le réseau associatif, les partenaires de l'emploi et les collectivités oeuvrant en faveur des réfugiés.

Un accompagnement global

En pleine quinzaine régionale de l'intégration, qui consiste à valoriser les actions locales et mettre en lumière les parcours d'intégration, Entraide Pierre Valdo a présenté les dispositifs destinés aux demandeurs d'asile et aux réfugiés. Puis des tables rondes ont été proposées pour présenter le travail des différents partenaires et les ateliers animés par des bénévoles (couture, réparation de vélos, jardinage). L'association accueille et accompagne des réfugiés qui, souvent, ont fui les persécutions dans leurs pays d'origine et qui relèvent de la protection internationale, à travers des programmes de ré-installation. Leur accompagnement est global : santé, culture, logement, formation, accès à l'emploi.

Objectif : un logement autonome

Plus tard dans la matinée, les permanents d'Entraide Pierre Valdo, qui gère déjà un CADA (centre d'accueil des demandeurs d'asile) au Chambon-sur-Lignon et un autre dans la sous-préfecture, ont fait découvrir leurs nouveaux locaux administratifs, avenue Georges Clemenceau, ainsi que l'appartement d'un des réfugiés. Lors de la visite, Eric, salarié de l'association, a expliqué : "L'objectif, c'est que les gens puissent à terme intégrer un logement autonome", comme ce jeune Afghan de 31 ans, qui partage un logement avec deux autres réfugiés en centre-ville d'Yssingeaux.

60 nouvelles places pour accueillir les plus vulnérables

Poursuivant, le permanent a détaillé la situation du réfugié : "ce monsieur suit une formation en Français de 300 heures au Greta avec 70 heures de stage. Il a ouvert des droits à la CAF [Caisse d'allocations familiales]. Il a été couturier dans son pays et il recherche donc dans ce domaine. Il sera bientôt prêt à l'emploi. Il est en passe de sortir du dispositif", un parcours illustrant un bel exemple de sortie vers le droit commun. Par ailleurs, un centre provisoire d'hébergement (CPH) de 60 places, réparties sur Retournac (25 places) et Yssingeaux (35 places), a ouvert au 1er octobre, et s'apprête à accueillir des personnes particulièrement vulnérables d'ici la fin du mois.

M-A.B.





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistepp le 19 octobre 2019 - 17h57
Vont-ils trouver un travail correspondant à leurs éventuelles compétences ? Sinon qui assurera les dépenses causées par leur séjour ?

Signaler un abus

img_journalistec le 19 octobre 2019 - 12h19
Il faut rappeler que "nos" SDF et mal logés français bénéficient de toute la panoplie des aides sociales existantes : APL, RSA, primes d'énergie, de Noël, de rentrée scolaire etc...que certains politiques comme Wauquiez traitent d'"assistanat" !

Signaler un abus

img_journalistelo le 18 octobre 2019 - 06h31
espérons que nos SDF auront les même attention

Signaler un abus