20,66 de moyenne au bac, c'est le meilleur résultat de Haute-Loire en 2019 sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

20,66 de moyenne au bac, c'est le meilleur résultat de Haute-Loire en 2019

Date : 12/07/2019 | Mise à jour : 17/07/2019 18:31
Partager

Avant d'intégrer la classe préparatoire hypokhâgne "lettres sciences sociales et mathématiques" à Henri IV à Paris l'an prochain, Léo Grenier travaille comme animateur en colonie de vacances. Entre deux services, il nous a accordé un entretien.

Beaucoup seront surpris de voir que Léo Grenier, qui aura 18 ans en octobre seulement, a obtenu plus de 20/20 de moyenne au baccalauréat scientifique (S) qu'il a obtenu au lycée (privé) de Saint-Julien à Brioude. Un bac qu'il a allègrement fêté en allant à la Saint-Gal de Langeac, où Zoomdici et NRJ étaient également présents, notamment pour interviewer Sound of Legend.
"C'est grâce au jeu des options que l'on peut gagner des points en plus", explique-t-il, lui qui a présenté latin et DNL (histoire en Anglais). Ça tombe bien, dans une matière comme dans l'autre, il a obtenu 20/20 !

Beaucoup aimeraient avoir déjà un 20/20 sur leur relevé de notes, Léo en cumule sept !

Pour obtenir une moyenne générale supérieure à 20/20, impossible de se contenter de seulement deux notes parfaites. Il a donc aussi obtenu 20/20 en philosophie, en SVT (sciences et vie de la terre), en mathématiques, en TPE (Travaux Personnels Encadrés) et en Histoire. A contrario, sa plus mauvaise note est 14 en EPS (éducation physique et sportive).
Dans sa classe, il y a eu "plusieurs mentions Très Bien (ndlr : entre 16/20 et 18/20) et plusieurs félicitations du jury (ndlr : au-delà de 18/20) et notamment un qui a eu 19,96", rapporte-t-il. La preuve qu'il évoluait déjà dans une très bonne classe.

Des conseils à donner ?

"Déjà bien réviser à l'avance, même un minimum, parce que si on s'y met la dernière semaine, c'est compliqué", répond-il, "et pour ceux qui sont encore plus jeunes, je pense que le plus important c'est de bien commencer et bien comprendre les matières dès le plus jeune âge, car si on a acquis les bonnes bases d'entrée, c'est beaucoup plus facile à la fin".
Quant au stress, il reconnaît qu'il a dû se mobiliser pour le contrôler en essayant de bien respirer et en essayant de "faire au mieux coûte que coûte et comme j'ai vraiment envie de réussir, je m'arrange pour ne pas trop stresser mais suffisament aussi pour être efficace en contrôle".

Un célèbre lycée qui a accueilli sur ses bancs des personnalités allant de Macron à Bruel, en passant par Maupassant et Wauquiez

Derrière, son objectif est de faire câgne-hypocâgne. Léo a été admis au lycée Henri IV à Paris, établissement connu pour son élitisme et pour avoir formé de nombreux intellectuels, hommes politiques, scientifiques et personnalités françaises.
On peut citer les musiciens Raphaël ou Patrick Bruel (qui était au Puy jeudi dernier), des écrivains comme Guy de Maupassant, Jean d'Ormesson ou Simone Weil, ou encore des hommes politiques comme Léon Blum, Emmanuel Macron et... Laurent Wauquiez. 

Prêt pour le grand bain parisien

Léo ne sait pas encore précisément ce qu'il veut faire plus tard mais sa formation "prépare principalement aux concours de l'ENS (ndlr : École Normale Supérieure)". Après, il n'a pas encore un métier en tête mais "je m'intéresse beaucoup à la philosophie et aux sciences cognitives, mais ça peut beaucoup évoluer je pense".
Il va maintenant falloir se préparer à sauter dans le grand bain car Paris va le changer de Brioude : "ça va être très intéressant intellectuellement, même si c'est un peu difficile de partir, je pense que ça vaut le coup et que je vais me faire plaisir". Il devrait être logé dans l'internat du lycée parisien mais il reviendra régulièrement en Haute-Loire puisqu'il y a encore sa famille et des amis.

"Ça peut être difficile à l'avenir pour les petits lycées en province"

Avec la réforme des lycées, une des craintes pointée du doigt par les syndicats, notamment dans les territoires ruraux, c'est la territorialisation du diplôme. En clair, pour une même série et une même note, un bac en Haute-Loire aurait moins de valeur qu'un bac à Paris. "À mon avis, ça peut être difficile à l'avenir pour les petits lycées en province et je pense que c'est l'une des principales questions à se poser autour de cette réforme", commente-t-il.

Maxime Pitavy





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteah le 18 juillet 2019 - 00h15
A c : oui pardon ! Erreur de ma part !

Signaler un abus

img_journalistec le 17 juillet 2019 - 12h16
A ah et a...il ne s'agit pas des points obtenus au dessus de 20 (ce qui est impossible) , mais des points au-dessus de la moyenne qui s'ajoutent au total et donc peuvent dépasser 20/20 !

Signaler un abus

img_journalisteR le 16 juillet 2019 - 08h40
Le même lycée que manu et lolo : est-ce une chance ?

Signaler un abus