2 chercheuses ligériennes à l'honneur sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

2 chercheuses ligériennes à l'honneur

Date : 08/10/2019 | Mise à jour : 10/10/2019 10:09
Partager

A l'occasion de la Fête de la Science, la Fondation L’Oréal et l'UNESCO récompensent 2 jeunes chercheuses de la Loire, en faveur des femmes en science.

La Fondation L’Oréal, aux côtés de l’UNESCO, soutient chaque année de jeunes chercheuses dans le monde. En France, 20 doctorantes et 15 post-doctorantes ont été récompensées par les membres du jury de sélection de l’Académie des sciences, lors d’une cérémonie organisée à Paris ce 8 octobre. Depuis sa création en 1998, le programme L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science a accompagné et mis en lumière plus de 3 000 femmes scientifiques.

Si les femmes représentent aujourd’hui 28 % des chercheurs, le plafond de verre reste particulièrement persistant dans le domaine de la recherche : près de 90 % des postes à responsabilités dans le secteur de la recherche sont occupés par des hommes.

Cette année en France, 20 doctorantes et 15 post-doctorantes ont été sélectionnées parmi plus de 800 candidatures par un jury composé d’éminents membres de l’Académie des sciences. Elles ont reçu respectivement une dotation de 15 000 € pour les doctorantes et de 20 000 € pour les post-doctorantes, qui va leur donner les moyens de poursuivre et de consolider leurs travaux de recherche. Ces 35 jeunes chercheuses ont de plus bénéficié d’une formation au leadership (management, négociation, prise de parole en public, etc.) visant à leur donner des moyens supplémentaires pour mieux affronter le plafond de verre qui demeure une réalité dans le monde de la recherche.

Les 2 chercheuses de la Loire récompensées:

• Salomé Bourg (à droite) est originaire de Saint-Galmier. A 25 ans, elle est doctorante à l’université de Lyon. Après un bas S en poche, c’est lors de sa licence en biologie des organismes à l’Université Jean Monnet de Saint Etienne qu’elle a découvert la biologie évolutive et décidé de poursuivre dans cette voie. Son travail de thèse est basé sur de la recherche fondamentale et théorique qui contribuera à une meilleure compréhension des systèmes biologiques dans leur globalité

• Laura Touzot (à gauche) est originaire de Mars. Elle a 26 ans et est également doctorante à Lyon. Son sujet de recherche : Comment réguler les populations de sangliers, fortement impactées par le changement climatique ?

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...