17-20h des métiers : Zoom sur deux professions sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

17-20h des métiers : Zoom sur deux professions

Date : 15/03/2019 | Mise à jour : 15/03/2019 15:36
Partager

Le Centre d’information et d’orientation avait vu juste. Il attendait environ un millier de visiteurs, ce jeudi, au 17-20h des métiers à Vals. Ce sont exactement 979 collégiens, lycéens, étudiants et parents qui sont venus rencontrer les 80 professionnels sur leurs stands.

Infographiste, traducteur, architecte, sage-femme, coiffeur, vendeur, informaticien… Dur dur de trouver sa voie quand on est collégien, lycéen, ou étudiant. Ce jeudi 15 mars 2019, ils étaient 979 à aller et venir, de stand en stand, au 17-20h des métiers au Palais des congrès et des spectacles de Vals près Le Puy. Parmi les 80 professionnels présents pour répondre aux questions des visiteurs, Vincent Calloud. Il est photographe indépendant à Saint-Julien Chapteuil. En ces temps où tout un chacun peut sortir son Smartphone pour claquer un cliché, nous lui avons demandé s’il fallait forcément un diplôme pour faire de la photo son métier.



Le 17-20h des métiers a succédé à la « Nuit de l’orientation », créée par la Chambre de commerce et d’industrie. Faute de budget, la CCI a dû arrêter cette opération annuelle. Cela fait maintenant deux éditions que le Centre d’information et d’orientation du Puy a pris le relais. Seules les animations de type divertissement n’ont pas été gardées dans la formule.

En l’occurrence, après son bac, Vincent Calloud a fait une licence d’Arts plastiques option photo. Il a ensuite travaillé dans des studios photo, avant de se lancer à son compte. Vincent Calloud se souvient des années 2000 quand les entreprises pensaient qu’avec la démocratisation de l’outil photo, elles pourraient se passer des services de professionnels et faire elles-mêmes leurs photos promotionnelles. « Elles en ont revenues », souffle-t-il, conforté dans son rôle.
Si son domaine de prédilection c’est la photo d’architecture, Vincent Calloud est polyvalent. Il couvrira aussi bien des mariages, que des photos de classes, ou encore des clichés publicitaires… un champ d’action très varié donc.

De la variété, il y en aussi dans le métier d’interprète en langue des signes française. Isabelle Guicherd travaille pour l’association ponote Abbé de l’épée. Dans son métier, pas une journée ne se ressemble. Et chacune la plonge dans un univers différent.



Et puis, il y a aussi tout le travail d’interprétariat pour des particuliers mal entendants (aidés financièrement pour ce service par la MDPH, Maisons Départementales des Personnes Handicapées) : aux impôts, à la CAF, chez le médecin, chez le notaire, à la banque, ou encore à l’école de leurs enfants…
Nous lui avons demandé si c’était un métier d’avenir.



En plus des 80 professionnels, les visiteurs ont pu rencontrer des psychologues de l’Education nationale. Pas moins de 60 entretiens ont été menés en trois heures. Le C.I.O. s’attelle désormais à l’analyse de l'origine des visiteurs pour tirer un bilan et préparer la prochaine édition.

Annabel Walker



> Voir notre galerie photo :


(Photos : DR Zoomdici.fr Annabel Walker)




 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire