11 950 euros d'amende requis contre le Père Riffard à Saint-Etienne sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

11 950 euros d'amende requis contre le Père Riffard à Saint-Etienne

Date : 11/06/2014 | Mise à jour : 12/06/2014 14:25
Partager

Ce prêtre à la retraite de l'église de Montreynaud, comparaissait ce mercredi matin devant le tribunal de police pour avoir hébergé des demandeurs d'asile dans un local de l'église.

Le hall du palais de justice est bondé. Parmi les nombreux soutiens du prêtre, on trouve des membres de son association Anticyclone. Ils sont à majorité des demandeurs d'asile, à l'image d'Amen Ricardo. Ce jeune homme originaire d'Angola a été herbergé par le Père Riffard en 2008 : "je suis venu le soutenir aujourd'hui, car dans la vie il faut être reconnaissant, cet homme a un grand coeur", explique le jeune homme de 28 ans. Ils sont 400 membres actifs chez Anticyclone, 350 d'entre eux sont demandeurs d'asile. L'association a été créée il y a 4 ans. Le Père Riffard, bientôt 70 ans, en est le président. Assis sur un banc de la salle d'audience, entouré, il attend patiemment le passage de son dossier. Frêle, légèrement courbé, il se rend à la barre.

Des personnes herbergées d'abord chez lui puis dans une salle de l'église

Depuis 8 ans, il héberge des personnes sans papier. Il l'a d'abord fait chez lui, puis par la suite, dans le centre paroissial de l'église Sainte-Claire, dont il a pris sa retraite il y a 5 ans. Il y a disposé des matelas. Ce qui lui est reproché aujourd'hui : avoir ouvert "au public" le centre paroissial de Montreynaud. Le juge a indiqué que cela était contraire à l'arrêté municipal du 4 février 2013 qui ordonnait "la fermeture au public de toute activité d'hébergement", sous entendu pour les demandeurs d'asile. Pour cela, le prêtre encourt une amende de 1 500 euros par jour, et ce pour la période comprise entre le 11 février et le 3 octobre 2013. La salle réagit à l'annonce. 

40 personnes logées en ce moment 

Selon le prêtre, "nous ne sommes pas une structure d'hébergement, nous mettons à l'abri des personnes dans l'urgence". En ce moment, 40 personnes sont logées dans la salle de Montreynaud, principalement venus d'Afrique noire. Elles sont en attente de réponse de leur demande d'asile. Le Père Riffard n'aurait pas demandé d'autorisation pour accueillir ces sans-papiers. Le septuagénaire répond calmement mais avec détermination aux différentes questions du juge. Lorsque ce dernier lui demande s'il n'y a pas dans son action un risque "d'appel d'air pour de nouveaux demandeurs d'asile dans la Loire", il répond "je ne vois pas en quoi dormir par terre sur un matelas serait attirant".

Déclaration de Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne: "L’engagement du Père Gérard Riffard et celle de l’association Anticyclone ont leur source dans l’Evangile et l’attitude de Jésus. Je soutiens le Père Gérard Riffard dans son action d’accueil et d’accompagnement. Notre société dit qu’elle ne peut pas prendre en charge toute la misère du monde. Doit-elle, pour autant, interdire de faire du bien ? "Tu aimeras ton prochain comme toi-même … et moi, je vous le dis, aimez vos ennemis": ce sont deux paroles de Jésus qui constituent la loi suprême que nous proposons à la société, et que nous voulons essayer de vivre."



Respect

Sur la question de la propreté et de la sécurité dans les locaux, le prêtre assure qu'ils sont pourvus d'extincteurs, et que "de nouveaux sanitaires seront actuellement construits". Le procureur de la République adjoint, André Merle, même s'il a reconnu que "le discours de Gérard Riffard mérite le respect", a demandé que le prêtre s'acquitte d'une amende de 50 euros par jour d'infraction à l'arrêté municipal. Soit 11 950 euros d'amende requis. Le juge a placé l'affaire en délibéré au 10 septembre prochain.

S. B.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteYS le 17 juin 2014 - 15h51
Sur 7 milliards d'individus sur cette planète 3,5 milliards sont sans papiers même dans leurs pays, donc pour accueillir tout ce beau monde il faudra plusieurs cures !!! Peut être faudrait-il penser à loger ceux qui sont déjà en France sur listes d'attente depuis plus de 3 ans...Et puis il y a des lois votées démocratiquement par le peuple (?) qui stipulent que les "sans papiers" sont en infraction avec la loi, donc faut-il vraiment respecter les lois votées par ce peuple ?

Signaler un abus

img_journalisteL le 14 juin 2014 - 16h10
Et les lois de l'hospitalité, qu'en font-ils? Ce pauvre prêtre fait-il vraiment de l'argent aux dépends des autres? N'est-ce pas son cœur et son âme qui parlent? On ne peut pas aider tout le monde. On aide ceux qui le demandent. Laissez-le donc tranquilement aider sans arrière-pensée. Aider pour aider, c'est pas beau ça non???

Signaler un abus

img_journalistec le 13 juin 2014 - 14h51
Honte à cette société qui condamne un pauvre curé qui ne fait que suivre les traces de Jésus et ouvre sa porte à des personnes dans le besoin, mais qui par contre accepte que des marchands de sommeil profitent pour héberger des familles nombreuses de roms dans des appartements trop petits pour eux et que des associations aident à gogo. Que font les pouvoirs publics?

Signaler un abus