10 M€ pour purifier l'air de tous les lycées régionaux sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

10 M€ pour purifier l'air de tous les lycées régionaux

Date : 14/10/2020 | Mise à jour : 15/10/2020 17:28
Partager

De nombreuses études scientifiques établissent que l’air est l’un des vecteurs les plus importants de diffusion de la Covid-19. La Région s’engage sur un grand plan d’investissements pour favoriser les dispositifs de purification de l’air afin de réduire au maximum la propagation du virus dans les espaces clos.

Ce lundi 12 octobre, accompagné de Béatrice Berthoux, Vice-présidente de la Région déléguée aux Lycées, et de Yannick Neuder, Vice-président de la Région délégué à la Santé, le chef de file de l'exécutif régional a annoncé le lancement d’un plan régional d’investissements pour la purification de l’air dans les établissements de la Région, lycées et écoles. Celui-ci sera voté lors de l’Assemblée Plénière des 15 et 16 octobre.

"L’angle mort de la lutte contre la Covid-19"

"La purification de l’air est l’angle mort de la lutte contre la Covid-19 en France alors que de très nombreuses études prouvent que l’air est un vecteur de propagation", déclare Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, dans un communiqué de presse. 
"L’Allemagne a une longueur d’avance dans ce domaine. Il y a donc un chemin à prendre et Auvergne-Rhône-Alpes sera aux avant-postes dans ces innovations pour protéger nos habitants, surtout à l’approche de l’hiver", ajoute-t-il.

Pour tous les lycées de la région, mais aussi écoles, médiathèques, bibliothèques, maisons de santé...

Ce plan représente un montant de 10 millions d’euros : 
- 5 millions d’euros pour mettre en place ces dispositifs dans les 565 lycées publics et privés du territoire ;
- 5 millions d’euros pour cofinancer avec d’autres collectivités ces équipements dans les écoles des communes par exemple mais aussi les étendre dans les médiathèques, bibliothèques, maisons de santé.
Les collectivités pourront ainsi passer par la centrale d’achat régionale pour commander ces outils.

Objectif : mise en oeuvre à la mi-novembre

Ces purificateurs d'air ont été conçus uniquement par des entreprises de la Région. L’objectif est un déploiement rapide, avec des tests à blanc pendant les vacances scolaires de la Toussaint pour une mise en œuvre à la mi-novembre. D’ici à un mois, "l’objectif est d’avoir mis en place 4 000 à 5 000 solutions", ambitionne Laurent Wauquiez.

Trois types de purificateurs d'air

Trois principales innovations pourront être mises en œuvre selon les besoins des établissements :
? Purification par ozone : l’ozone est un désinfectant qui permet de traiter le virus du Covid-19 dont l’efficacité a été démontrée par une étude au Japon et dont l’homologation est en cours en France. Cette technologie permet de traiter tous les volumes d’un établissement scolaire : les bureaux administratifs, les classes, les internats. Dans les parties cuisines, l’ozone en plus de lutter contre le Covid-19, participera à l’entretien contre la listéria et autres bactéries liées à la manipulation et la conservation des aliments. En fonction de l’activité exercée, un protocole d’utilisation et sécuritaire est à établir.

? Par photocatalyse : relevant de l’oxydoréduction en chimie, la photocatalyse est une technologie d’oxydation où un média catalyseur s’active naturellement par la combinaison d’un rayonnement UV et de l’oxygène présent dans l’air. Par l’action de l’oxydation, les chaînes moléculaires des polluants chimiques et biologiques tels que les virus présents dans l’atmosphère sont décomposés dès leur passage entre la lumière UV et le média.

? Par le rayonnement UVC : il s’agit d’une innovation made in AuvergneRhône-Alpes qui constitue par ailleurs une première française. L’entreprise DIETAL a créé un luminaire hybride (fonction éclairage/ fonction sanitaire) désinfectant et intelligent de lutte contre le Covid-19. Il s’agit d’une lumière noire, non visible et bactéricide dont l’objectif principal n’est pas d’éclairer mais de désinfecter l’air, les surfaces et les objets irradiés par ses rayonnements. Une expérimentation est effectuée au Lycée Lafayette dans le Puy-de-Dôme.

 

Information émanant d'un communiqué de presse du Conseil régional d'Auvergne Rhône-Alpes




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteBA le 16 octobre 2020 - 10h23
Très bonne initiative, le virus se propage en effet par aérosolisation et les masques ne sont pas efficaces à 100 % de par leur constitution et parce qu'ils ne plaquent pas complètement au visage (la buée sur les lunettes est une illustration de l'air respiré qui se propage dans l'air, et en retour, de l'air rentre par les mêmes endroits ...). Les masques standards sont trop grands pour beaucoup de personnes (enfants, adolescents ou suivant la forme du visage, la taille des oreilles...)...

Signaler un abus