''On a dormi 4 heures sur les 83 heures de course'' sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

''On a dormi 4 heures sur les 83 heures de course''

Date : 30/08/2019 | Mise à jour : 04/09/2019 13:43
Partager

Après leur victoire sur la plus longue course de l’Ultra Trail du Mont-Blanc, Lionel et Damien Trivel vont avoir besoin d’un mois pour se remettre. L’aîné, Lionel, raconte ce périple inoubliable. Interview.

Ils ont inscrit leurs noms dans les annales du trail international. Le jeudi 29 août 2019, Lionel et Damien Trivel ont remporté la plus longue course de l’Ultra Trail du Mont-Blanc, la Petite Trotte à Léon (PTL). Les frères d’Yssingeaux, dont l’équipe s’appelle tout simplement « Les Frangins », ont bouclé les 300km en 83 heures et 19 minutes. Sur les 117 équipes partantes, 91 ont franchi la ligne d’arrivée et 26 ont abandonné. La course grimpe à plus de 3 000 mètres d’altitude pour 25 000 mètres de dénivelé positif.

Zoomdici.fr : Vous attendiez-vous à faire un tel chrono ?

L.T. : Franchement non ! Je pensais qu’on pouvait approcher les 95 heures. Alors 83 heures c’était inespéré ! On a déjà fait la PTL, tous les deux, l’année dernière. J’avais dit à Damien qu’on ferait peut-être 104 heures. Et on a mis 104 heures et 23 minutes. Mais c’est pas comparable parce que le parcours change tous les ans.

Damien Trivel, 46 ans, est professeur d’EPS (éducation physique et sportive) au lycée Emmanuel Chabrier d’Yssingeaux.
Lionel Trivel est sapeur-pompier professionnel au Chambon-Feugerolles, dans la Loire.

Zoomdici.fr : Comment expliquez-vous une telle rapidité ?

L.T. : Parce que, derrière nous, il y avait une équipe de Suisses, des frères aussi, Candide et Jules-Henri Gabioud, qui nous mettaient vraiment la pression. Ils étaient juste à 2 heures derrière nous. Sur une épreuve de 4 jours, c’est rien, ça peut se perdre très vite. Et on savait où ils étaient grâce aux applications. On s’est croisés une ou deux fois : on s’arrêtait pour manger et se reposer un peu. Et au moment où on repartait, on les voyait arriver ! Mais l’écart restait le même parce qu’ils s’arrêtaient aussi. C’était un combat très sympathique parce qu’on s’entend très bien avec ces deux jeunes. C’est marrant d’ailleurs, chaque fois qu’on arrivait à un refuge ou qu’on voyait des gens, ils savaient très bien l’écart qui nous séparait des autres équipes.

> Voir le classement final

Zoomdici.fr : Car chaque équipe est munie d’une balise GPS. D’ailleurs le parcours n’est pas balisé. Comment ne pas se perdre ?

L.T. : Il y a un travail d’orientation avec des GPS satellite et des cartes papier. Le PC course suit toutes les équipes en direct grâce aux balises GPS. S’il y a une équipe qui s’écarte de la bonne trace, la balise sonne ou on nous appelle sur notre téléphone (si ça passe). Ça ne nous est pas arrivé parce que j’ai un frère qui est très fort au GPS. Et puis, dès qu’on a reçu le parcours, on l’a bien étudié avec les photos satellites, les cartes, etc. On a eu la trace définitive 11 jours avant.

Zoomdici.fr : Quelle a été votre préparation ?

L.T. : On s’entraîne toute l’année. Ça fait une vingtaine d’années qu’on fait du trail. Mais sinon en préparation spécifique pour cette PTL, on est venu au mois de juillet. On s’est entraîné dans le coin pour faire de la montagne. On aime bien faire des petits blocs de 4 ou 5 jours de montagne où on va s’entraîner entre 10 et 12 heures par jour.

Zoomdici.fr : A l’entraînement, vous dormiez normalement donc, mais une fois sur la PTL ?

L.T. : Alors oui on a dormi 4 heures, tout cumulé, sur les 83h19’. Parfois on faisait des micro-siestes de quelques minutes ; ça recharge vraiment bien les batteries. Deux fois d’ailleurs, on s’est allongé en plein milieu du chemin (si jamais il y avait des marcheurs, ils devaient nous prendre pour des fous !). On mettait le timer à 10 minutes pour éviter de dormir deux heures mais on s’est toujours réveillé avant, vers 7 ou 8 minutes. On doit avoir une petit horloge interne !

Zoomdici.fr : Le fait d’être frères doit aider dans les moments difficiles ?

L.T. : Ah, c’est une aide énorme ! On se connaît. Quand il y en a un qui a un coup de moins bien, on va le soutenir tout de suite. Damien a eu un petit coup de chaud au début. Il a fallu un jour pour qu’il retrouve tous ses moyens. Donc on s’adapte, on sait que ça va passer. Moi j’ai souffert du manque de sommeil le dernier jour donc mon frère s’est occupé de moi ; ça s’est fait tout naturellement.

Zoomdici.fr : Le site de la course dit qu’il fait habituellement -10°C, de jour comme de nuit, sur la PTL. C’était le cas ?

L.T. : Non, on a eu des conditions exceptionnelles. Deux-trois gouttes de pluie seulement et les nuits n’ont jamais été fraîches puisqu’on a jamais mis les gants. La nuit, il faisait 7°C ou plus. Et en journée, il a fait très chaud : le premier jour, il faisait presque 30°C !

Zoomdici.fr : Quand vous avez franchi la ligne d’arrivée à Chamonix, c’était la fête !

L.T. : C’est incroyable parce qu’on vient de passer 4 jours coupés du monde. D’un coup, on nous applaudi de partout, c’est noir de monde ; il y a un contraste qui est assez perturbant.

> Voir l'arrivée des frères Trivel en vidéo et leur vitesse moyenne au fil du parcours

Zoomdici.fr : Quels sont vos prochains défis maintenant ?

L.T. : Pour l’instant on va récupérer. Je pense qu’il faut un bon mois pour retrouver un sommeil correct. Il faut rééquilibrer tout le corps : c’est pas évident ! Des courses dans ce genre, on ne peut pas en faire plus d’une par an. Après on va essayer de se trouver de nouvelles aventures. On ne sait pas encore ; il y a tellement de courses maintenant ! Avant, il y avait un Ultra trail par mois en France. Maintenant, il y en a des dizaines tous les week-ends il me semble.

Zoomdici.fr : Et en Haute-Loire, quelles sont vos courses préférées ?

L.T. : Tiranges !!! J’y suis allé plusieurs fois et j’adore cette course ! Après, à côté de chez nous, il y a l’Ultra trail du Puy Mary, dans le Cantal, c’est une course fabuleuse !

Zoomdici.fr : Et le Grand trail du Saint-Jacques ?

L.T. : Ah oui, je ne l’ai jamais faite mais j’aimerais bien oui ! À chaque fois, ça tombait en même temps que l’Ultra trail du Puy Mary.

Zoomdici.fr : Et parmi les distances un peu plus abordables ?

L.T. : En novembre, il y a le Trail des Sucs, mon frère fait partie du club organisateur le Tryssingeaux. On va peut-être y aller !

Zoomdici.fr : Vous, vous ne faites partie d’aucun club, pourquoi ?

L.T. : Je suis un ours ! (rires) Pendant une dizaine d’années, j’ai fait partie d’un team équipementier, d’abord Lafuma puis Hoka. Mais j’ai arrêté l’année dernière parce qu’ils demandaient des résultats de plus en plus forts et ça demandait de plus en plus d’investissement. C’est pour ça que j’ai pu participer à la PTL cette année parce qu’un équipementier vous demande de faire beaucoup de courses dans l’année. Quand on a la PTL comme objectif, on ne peut pas se permettre d’en faire une quinzaine.

Annabel Walker


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistea le 4 septembre 2019 - 17h07
ça c'est un vrai exploit, c'est autre chose que ce que certains appellent des grands raids..... Bravo aux deux compères pour leurs performance et continuez à nous faire rêver

Signaler un abus