"Avant, les parlementaires de Haute-Loire se savonnaient la planche par derrière" sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

"Avant, les parlementaires de Haute-Loire se savonnaient la planche par derrière"

Date : 09/01/2018 | Mise à jour : 09/01/2018 13:56
Partager

C'est ce qui empêchait, jusqu'à présent, les quatre députés et sénateurs des mandatures précédentes de présenter des voeux communs selon les élus actuels. Chose faite depuis ce lundi.

"On n'est pas d'accord sur tout"

Pour illustrer la liberté de choix de chacun, les parlementaires font remarquer certaines de leurs différences. Ainsi, Laurent Duplomb souligne qu'il diffère d'Isabelle Valentin quand celle-ci se déclare défavorable à l'imposition du lieu d'installation des nouveaux médecins généralistes. « Je trouve qu'il faut, au moins, leur interdire les zones déjà trop denses en nombre de professionnels », précise-t-il.

C’est une première. Ce lundi 8 janvier 2018, les quatre parlementaires de Haute-Loire ont présenté leurs vœux à la presse en commun.
Les députés Isabelle Valentin, Jean-Pierre Vigier et le sénateur fraîchement élu Laurent Duplomb font tous partie des Républicains. Les deux premiers sont également conseillers régionaux LR. De son côté, Olivier Cigolotti est un sénateur centriste, membre de l’UDI (Union des Démocrates et Indépendants).

Une forme de soumission aux Républicains ?

Alors parmi cette "team Wauquiez", ne se sent-il pas un peu contraint ? Le fait de présenter des vœux communs ne traduit-il pas une forme de soumission aux Républicains ? « Pas du tout, je n’ai pas pour habitude de me soumettre, répond-il, si je suis parlementaire c’est pour assumer mes responsabilités. » Pour lui, ces vœux communs permettent de « témoigner de notre engagement et de notre collaboration, mais aucunement de se soumettre à mes collègues républicains. C’est aussi plus simple et plus pragmatique de le faire en commun et c’est une opération que l’on renouvellera, pas forcément sur des vœux mais sur d’autres sujets. » Nous lui avons demandé si l’actuel président de Région et président de LR lui avait déjà demandé de voter un texte de loi dans tel ou tel sens. Comment s’inscrit-il dans ce quatuor ?



Et quand l’on demande aux quatre parlementaires actuels pourquoi des vœux communs n’avaient pas été formulés lors des mandatures précédentes, ils affirment que certains de leurs prédécesseurs avaient plutôt pour habitude de s’afficher tout sourire ensemble, puis de se « savonner la planche » mutuellement par derrière. Si aucun nom n’a été évoqué, on peut penser au dernier sortant, c’est-à-dire Gérard Roche, le sénateur UDI qui a tiré sa révérence en septembre dernier, pour laisser place à Laurent Duplomb.

"De la méchanceté pure"

Nous avons donc sollicité sa réaction. « Je ne vois pas pourquoi ils ont dit ça, répond-il se disant étonné, c’est de la méchanceté pure et de toutes façons, les gens de la Haute-Loire le savent » en référence à ses années passées à la présidence du Conseil départemental et au Sénat. « Je me suis toujours très très bien entendu avec Olivier [Cigolotti, ndlr] », souligne-t-il. Et de faire le distinguo : « Tout dépend de ce qu’on entend par unité ; si c’est être asservi à la pensée d’un seul homme, même quand elle n’est pas en concordance avec mes convictions, ce n’est pas ma vision des choses ». Sa conception de l’unité consiste à travailler ensemble, dans l’intérêt de la Haute-Loire, tout en respectant les sensibilités et les différences de chacun. Une définition qui rejoint, point pour point, celle affichée par les quatre parlementaires actuels.

Annabel Walker



Dans un deuxième temps, nous évoquerons les projets législatifs sur lesquels travailleront chacun des parlementaires de Haute-Loire en 2018.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteGR le 11 janvier 2018 - 00h00
Attitude de façade... il n'y a qu'à voir les propos de certains ainsi que leurs interventions aux 2 assemblées,les interventions Duplomb et valentin dictées par qui à votre avis???

Signaler un abus

img_journalisted le 10 janvier 2018 - 18h33
En tout cas, le sénateur Roche avait une autre envergure, une autre façon de travailler et des rapports humains normaux.

Signaler un abus

img_journalisteM le 9 janvier 2018 - 16h36
il faut dire que l'espace restant est mince avec la politique Macron qui fait ce que eux ou leurs prédecesseurs n'ont jamais fait et que l'homme a la parka rouge a bien tout muselé

Signaler un abus