"Aquò fara pas" à la Calandreta Velava du Puy sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

"Aquò fara pas" à la Calandreta Velava du Puy

Date : 14/10/2017 | Mise à jour : 14/10/2017 17:19
Partager

Eh non, ça ne va pas à la Calandreta Velava, située Chemin du Fieu, au Puy : il manque un contrat aidé pour faire tourner l'école.

Après une rentrée compliquée, l’école franco-occitane ponote (regroupant plus de 40 élèves, maternelles et primaires) a suivi l’appel national de la confédération des Calandretas, ce samedi 14 octobre, pour une journée de mobilisation et d’information.
Les parents de cette association qui est contractualisée avec l’État, ont profité du marché du Plot pour faire entendre - et comprendre - leur problématique aux autres citoyens, non éloignée des nombreuses situations analogues rencontrées partout en France.

Obtenir autant que les écoles Diwan bretonnes

Du côté de la Calandreta, en tout cas, on espère rapidement obtenir une entrevue avec le préfet, « nous demandons un positionnement de État sur les écoles régionales, pour pouvoir embaucher des CAE ou pour avoir une autre solution, a expliqué Karine Latcher, co-présidente de l’association, en Bretagne les écoles Diwan ont réussi à renouveler leurs contrats aidés. Là-bas, les parents sont soutenus par le préfet de région.»

J.J.


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistecc le 15 octobre 2017 - 23h03
Il faut soutenir les calendratas de Haute Loire (Le Puy et Lavaudieu) : outre la préservation et l'enseignement de l'occitan, un patrimoine national, sait-on que les enfants bilingues très tôt ont plus de facilités que les autres pour apprendre d'autres langues, au collège et au lycée ! En ce sens aussi, l'occitan est une langue d'avenir !

Signaler un abus

img_journalisted le 15 octobre 2017 - 20h08
Encore des jérémiades pour des contrats aidés,! Que ces parents d élèves se posent des questions sur la possibilité de vivre avec des salaires de misère

Signaler un abus